Vous êtes ici

Vélo : Savoir s’adapter à l’ère de la COVID-19

Astuces de notre ambassadeur médiatique Yvan Martineau

Ouf! Alors que certains pays sont même allés jusqu’à interdire totalement la pratique du vélo durant la crise du coronavirus, notre gouvernement au contraire le classe parmi les services essentiels. La bécane pour moi, c’est vital pour garder la santé physique, mais aussi mentale. Je ne peux imaginer ma vie sans la nature et les bouffées d’air frais.

Reste que ce privilège s’accompagne de mesures de sécurité et je salue le professionnalisme de la Véloroute des Bleuets à cet égard. Les affiches sont claires, nettes, précises.

Si ce n’est pas pour vous, svp, pensez aux autres. On ne sait pas ce que vivent ceux que nous pourrions dépasser ou croiser. Je vais vous parler de moi… Malgré que je sois extrêmement sportif, je suis un malade pulmonaire chronique et immunodéficient. Je suis donc très à risque. Pour garder la santé, je ne dois surtout pas rester enfermé entre quatre murs. Alors, chaque fois qu’un autre cycliste s’approche de moi, j’apprécie au plus haut point qu’il s’éloigne à deux mètres ou même plus. Personnellement, j’ai toujours un masque ou un bandana dans le cou et si je perçois une situation douteuse, je le remonte au visage rapidement.

Ces mesures, nous commençons tous à bien les comprendre. Tout de même, je vous les rappelle : lavez-vous les mains régulièrement. Respectez une distanciation de deux mètres… au minimum. Évitez tout rassemblement. Notez aussi qu’afin d’éviter la propagation du virus, les haltes de repos, les tables de pique-nique et autres équipements sont fermés, de même que les toilettes, les bornes de recharge et réparation. Le service de navette de bagages est également suspendu.

Allez… bon vélo… savourez doublement en cette période de crise mondiale et posez tous les gestes qui vont vous permettre et permettre aux autres de demeurer en santé.

Recommandations - COVID-19